Landestyle : surf spirit of course !

L’image est toujours populaire, la réputation du surfeur souvent un peu légère et très restrictive… Alors, nous qui avons le Landestyle, on t’embarque dans l’épopée d’un sport devenu, plus qu’une simple discipline...Indissociable de nos vagues et de notre littoral : le surfeur glissant sur la houle et défiant les lois de la gravité ! Petit détour par Hawaï ...


Regards sur le monde, Ouvrez l’œil sur l’histoire du surf…

 

L’image est toujours populaire, la réputation du surfeur souvent un peu légère et très restrictive… Alors, nous qui avons le Landestyle, on t’embarque dans l’épopée d’un sport devenu, plus qu’une simple discipline, un véritable art de vivre.
La mèche blonde et les abdos en tablettes de chocolat ne suffisent certes pas à définir les adeptes de cette discipline venue du pacifique. Landestyle t’emmène à Hawaï aux racines du surf….

Selon un célèbre magazine français consacré aux sciences de l’âme, il n’y aurait pas moins de 7 leçons de vie à retenir de la surf attitude*. Car pour le surfeur, l’état d’esprit est de savoir évoluer dans la vie comme sur l’océan : « accepter les creux de la vague, prendre des risques et des coups, saisir le bonheur par intermittence, vivre en dauphin en évitant carpes et requins, savoir se positionner dans l’adversité, devenir plus léger et ne jamais forcer, croire en des forces supérieures».

 

Papa-he-nalu
Bien plus qu’une simple discipline sportive, le surf prend ses racines comportementales au XVème siècle en Polynésie dans un archipel du Pacifique. Glisser n’est alors pas un jeu. C’est une pratique déterminante pour l’organisation de la communauté sur les îles, une épreuve pour les prétendants au trône chevauchant les vagues sur de longues planches de bois appelées « Papa-he-nalu », taillées dans un tronc d’arbre.

En 1778, l’explorateur James Cook jette l’ancre dans la baie de Kealakekua, aux Îles Sandwich (Hawaii) et aperçoit alors des indigènes défiant ainsi l’océan. Le britannique Capitaine est le premier a rapporté en Europe le témoignage de ces pratiques du bout du monde.
Au XIXe siècle, la colonisation des îles d’Hawaii s’amorce et les missionnaires américains, choqués par la quasi-nudité des autochtones sur leurs planches, interdisent la pratique de ce sport.

 

La Baule, Biarritz et toute la côte Atlantique
Quelques insoumis continuent toutefois de glisser sur les vagues, perpétuant la technique, sauvegardant une tradition empreinte de symbolique, de ces temps de colonisation jusqu’à nos jours contemporains.
C’est en effet au XXe siècle que Duke Kahanamoku, natif d’Hawaï, remet le surf au goût du jour. L’écrivain d’aventure, Jack London découvre la beauté du sport et s’en fait l’écho. Les premiers touristes affluent alors sur les plages de sable blanc et les premières planches apparaissent et se répandent en Australie et aux États-unis. A la recherche des plus grosses vagues, les amateurs d’océan, de part le monde, s’adonnent à cette passion malgré les guerres et les conflits : l’esprit surf est né.

C’est en 1907 à la Baule que le surf fait son apparition en France ramené de Californie par l’architecte Adrien Durupt. Mais il faudra attendre près d’un demi-siècle pour que le scénariste Peter Viertel repère les vagues de Biarritz et y évolue avec une planche venue des States. La vague surf déferlera alors sur tout le littoral atlantique.
Symbole de liberté
La contre-culture d’après-guerre y trouve sa représentativité. Le surf glisse sur le cinéma, la musique, les magazines. La jeunesse du moment s’en approprie les codes comme ceux d’un véritable art de vivre. Dans les années 50, l’utilisation de nouveaux matériaux, plus légers, plus maniables, dans la fabrication des planches, démocratise sa pratique, faisant naître quelques légendes sponsorisées par de grandes marques qui y voient une opportunité exceptionnelle. Si le marketing s’empare du surf, les fondements n’en restent pas moins intactes pour les adeptes : la recherche de la vague parfaite est dans la tête de tous les surfeurs. La glisse est leur priorité, dans le respect de la nature et de l’océan. Le surf est fidèle à ses origines.
Et pour cela, nos surfeurs d’ici ont le Landestyle

 

Christelle, qui nous montre l’attitude Landestyle « ailleurs »

*http://www.psychologies.com/Planete/Societe/Articles-et-Dossiers/Les-7-lecons-de-la-surf-attitude

 



 




Coups de

Leur rêve de couple SO beach style !
Anton et Ine sont Belges, la trentaine et un rêve de couple réalisé ensemble : une maison d’hôtes à leur image, dans l’esprit surf & beach house !

- Labenne -

Nos secrets

Vis ton Digital Detox !
Accro aux nouvelles technologies, junky du Smartphone, fana de l’hyper-connexion ...



Top